Manuel Álvarez Bravo.
25 octobre 2013
PIERROT MEN
10 novembre 2013

Jimmy Nelson présente : Avant qu’ils ne disparaissent – tribus du monde

le travail du photographe britannique Jimmy Nelson s'inscrit dans la lignée du collectage photographique de "tribus natives" tel que l'inaugurait au début du XXe siècle le photographe Edward Curtis, ethnologue qui parcourut les Etats Unis pour immortaliser la vie des Indiens d'Amérique du Nord, dont le mode de vie était en voie d'extinction.

Jimmy Nelson, ethnologue du XXIe siècle, va plus loin en allant jusqu'à partager la vie, la nourriture, les moeurs, les rituels des tribus du monde entier, avant de prendre son appareil photo.  Renouvelant la pratique ethnologique en s'intégrant au coeur des communautés, il en intègre la métaphysique et ça se ressent sur ses photos. Son projet est autant documentaire qu'esthétique, son but est de nous faire partager ces moments de pureté et d'authenticité, comme l'exprime parfaitement la présentation du projet et de l'ouvrage papier qui l'accompagne :

There is a pure beauty in their goals and family ties, their belief in gods and nature, and their will to do the right thing in order to be taken care of when their time comes; Whether in Papua New Guinea or in Kazakhstan, in Ethiopia or in Siberia, tribes are the last resorts of natural authenticity.

‘’In 2009, I planned to become a guest of 31 secluded and visually unique tribes. I wanted to witness their time-honoured traditions, join in their rituals and discover how the rest of the world is threatening to change their way of life forever. Most importantly, I wanted to create an ambitious aesthetic photographic document that would stand the test of time. A body of work that would be an irreplaceable ethnographic record of a fast disappearing world."

Tibétains, Kazhaks, Gauchos du pérou, Masai, Tsaatan de Mongolie, sont quelques exemples de ces voyages photographiques parmi 32 des tribus et peuples de la planète. A couper le souffle.

jimmy-nelson-photo2 jimmy-nelson-photo-1